Livre d'or

9 message(s) dans le livre d'or

MICHEL KERNINON Le 26/08/2013

ALGUES VERTES : INTOX ET RéALITéS

25 août 2013 | Par michel kerninon

Le Télégramme du samedi 24 août a cru pouvoir titrer à sa "Une" : Marées vertes : un important reflux. Le titre triomphant du quotidien de la pointe de Bretagne a fait bondir plus d'un lecteur. Au demeurant, le dossier des pages intérieures du quotidien fait état d'une réalité beaucoup plus contrastée sur le terrain. Et l'article évoque une évolution légèrement favorable due plus à la bonne conjoncture climatique qu'aux efforts réels de quelques éleveurs. Le contenu de l'article faisant ainsi mentir grossièrement le titre de présentation en première page.





PAS DE QUOI PAVOISER

On croyait avoir progressé dans la prise de conscience de la pollution de l'eau. Malgré des cocoricos hâtifs, l'examen précis de la situation par les scientifiques laisse toujours craindre le pire pour la qualité de l'eau publique et la salubrité des estrans.
Sous prétexte que la situation se serait légèrement améliorée dans certains secteurs, en raison de la bonne volonté des éleveurs les plus consciencieux dans quelques bassins versants et du travail tenace des collectivités, il serait déraisonnable de dédouaner le monde agricole intensif de pratiques qui ont abouti à la situation actuelle. Certains captages importants, comme celui de l'Horn, par exemple, insalubres, ont dû être fermés et remplacés par de nouveaux captages, à très grands frais pour la collectivité.
La France est toujours sous la menace de très lourdes pénalités de la part de l'Europe pour ses taux de pollutions importants.
Beaucoup de secteurs des côtes finistériennes et costarmoricaines sont affectés par des taux excessifs en nitrates, phosphates et herbicides, relevés en 2012-2013 dans les cours d'eau. Ils demeurent très alarmants et nettement au-dessus des normes tolérées. Il suffit pour le savoir de regarder les cartes établies par les départements et de consulter les statistiques publiées par les syndicats des bassins versants, dans toute la Bretagne.
On ne peut donc se satisfaire de quelques améliorations, parfois conjoncturelles et climatiques, parfois consécutives à une prise de conscience réelle des dangers. Sans même évoquer, en outre, dans le processus de retour à la salubrité des eaux courantes, la disparition "sauvage" de zones humides entières qui jouaient un rôle primordial dans le filtrage des eaux de surface. Et qu'il sera désormais très difficile de rétablir ou de compenser, comme l'exige la Loi sur l'eau.
On ne peut pas se féliciter de la situation ni de répits relatifs observés ici ou là. Et d'ailleurs la lecture attentive de l'article paru dans Le Télégramme le samedi 24 août corrobore tout à fait le fait que rien n'est réglé pour la quasi totalité du territoire breton, du nord au sud, sur les côtes de La Manche comme sur le littoral atlantique.Certains esprits peu scrupuleux ou intéressés à ce que rien ne change voudraient minimiser les causes et les effets de l'importante présence d'algues vertes sur la côte bretonne, en particulier dans les baies de Lannion, Saint-Brieuc, Douarnenez, Fouesnant, et celles du Haut-Léon, zone en grand danger. Mais leur responsabilité propre, façon de parler, et celle de leurs soutiens doit être dénoncée. Les impôts de tous les contribuables sont effectivement mis à contribution pour pallier la négligence de quelques irresponsables. Et la santé de tous est menacée.

DES CHIFFRES IMPITOYABLES

Eaux et Rivières a récemment mis en relief, sous forme d'infographies, les statistiques officielles relevant la part respective des catégories de contributeurs à l'impôt sur le traitement de l'eau. On y voit clairement que les pollueurs, qu'ils soient agricoles ou industriels, ne sont majoritairement pas les meilleurs contributeurs à l'effort de remise en état des zones touchées par les pollutions, pour l'essentiel à la charge des particuliers. Victime dans sa santé, le citoyen supporte aussi une injustice sociale et fiscale inacceptable et c'est la double punition.

Nota. Sur ce sujet extrêment sensible et biaisé par le lobby porcin breton et leurs soutiens, les défenseurs locaux de l'environnement, et en particulier Yves-Marie Le Lay, président de l'association Sauvegarde du Trégor, n'ont pas tardé à protester contre le parti-pris du quotidien finistérien, dont ils disent, et le lecteur peut s'en rendre compte, qu'il fait peu de cas de leurs réunions d'information tant dans l'annonce que dans le compte rendu de celles-ci comme de leurs interventions sur le terrain. C'est d'ailleurs pourquoi, les défenseurs bretons de l'environnement, pour une fois agréablement surpris, avaient applaudi chaleureusement la lecture faite au haut-parleur de l'excellent billet de l'écrivain Hervé Hamon paru dans Le Télégramme au moment des manifestations sur la vasière meurtrière de Saint-Michel-en-Grèves (22) à l'été 2009. Le Télégramme n'ayant généralement pas bonne presse auprès des défenseurs de l'environnement s'estimant peu écoutés de la part de la direction éditoriale du quotidien majoritaire dans le Finistère.

Le Borgne Dorine Le 28/03/2012

Merci ça va beaucoup m'aider
je suis tombé sur ça comme exposé en SVT

69 (site web) Le 09/01/2012

vincent jezequel

69 (site web) Le 09/01/2012

j'aime les grosse algue ooooooo ouiiiiiiiiiiiiiiii et je mapelle

69 (site web) Le 09/01/2012

c pouriiiiiiii votre truc batar

Elisabeth Hascoet Le 18/02/2011

Ce site est mensonger par de double omission :
- la carte des lieux ne mentionne pas la baie de Douarnenez, qui est le site le plus touché par les marées vertes dans le Finistère
- parmi les causes, les pollutions d'origine agricole, liées aux élevages intensifs, sont à peine évoquées, alors que leur responsabilité dans le phénomène ne fait plus aucun doute après tant d'années d'études (avis du Conseil Scientifique de Bretagne, note du Préfet des côtes d'Armor, plan gouvernemental algues vertes, études scientifiques de l'IFREMER et du CEVA...)

Xoxo Le 30/03/2010

Bonjour !
Merci de votre site, je pense qu'il va m'aider. Je dois faire un petit TPE (je suis en 3ème) sur les dangers des algues vertes de Bretagne pour l'environnement et pour l'Homme. Par contre, je ne trouve pas les "rubriques"... Pouvez-vous me donner le lien ou me dire comment y accéder ?

Merci d'avance :)

Bonvalot (site web) Le 12/08/2009


Nous vous apportons quelques écliarcissements sur l'origine des marées vertes.

Nous sommes une entreprise de Bourgogne, et nous travaillons pourtant pour les élevages de porcs bretons. Notre démarche est strictement scientifique et nous constatons depuis notre venue dans cette Région (à la demande de la COOP LE GOUESSANT, qui semble (?) la seule à vouloir réellement changer quelques pratiques déplorables, plusieurs carences alarmantes.

1) L’absence de critère scientifique pris en compte dans la démarche de l'Administration et de ses agents (ce n’est d’ailleurs pas son rôle).
2) la méconnaissance volontaire ou non des décideurs, de la qualité des déjections animales et de leur devenir dans la Nature (les nitrates certes; les phosphates certes encore .... mais pourquoi sont-ils là ? ni les cochons ni les poulets ne rejettent de nitrates)
3) certaines pratiques d’influence commerciale, basées sur des habitudes prises depuis des années, qui engagent les éleveurs à s'équiper de systèmes dits de dépollution, conformes à la règle mais bien peu performants et chers, et, on le voit, parfaitement inefficaces pour les algues.

En très rapide, mais le problème est complexe, malheureusement, il se passe les choses suivantes.

La production porcine bretonne est finalement assez mal connue et on estime entre 10 et 20 millions de m3 la quantité de lisier produite sur la Région Bretagne. Chaque m3 de lisier contient en moyenne 4 kg d'azote (Source : ITP) soit une excrétion azotée porcine comprise entre 40 000 et 80 000 tonnes de N chaque année.

Or, le cochon, comme l'homme, excrète l'azote sous forme d'urée CO (NH2)2 .
Pas trace de nitrates ni d'ammoniac dans les excrétions porcines donc, et c'est fondamental.
Cependant l'urée est instable dans le milieu naturel, et aux contact avec le sol ou les matières fécales (ce qui survient fatalement dans tous les élevages bretons et autres), l'urée s'hydrolyse en NH4+ et CO3--.
Cette réaction est impossible à éviter, totalement naturelle et enzymatique, elle persiste jusqu'à la disparition totale de l'urée.

L'ammoniaque (NH4) se forme donc dans les salles d'élevage (odeurs), dans le lisier (bassins de stockage) et non "dans" le porc. Dans ces conditions il est clair qu'au bout de quelques semaines (la réaction dépend de la température = optimum 35°C) tout l'azote excrété par le porc se retrouve sous forme ammoniacale si on laisse faire les choses (cas actuel malheureusement). D'ailleurs vous entendez souvent parler ou vous lisez que le lisier contient de l'ammoniaque sans savoir comment il se forme .... un cochon qui rejetterait de l'ammoniaque est un cochon mort !!! Il faut savoir au moins ça quand on veut se mêler de traiter les déjections.

Le problème des marées vertes commence à poindre à ce moment :
Cet ammoniaque stocké a tendance à se volatiliser dans l'air, et il le fait allègrement, aidé en cela par la présence des carbonates (CO3) issus de la destruction de l'urée. Les carbonates alcalinisent le lisier et provoquent le dégagement dans l'air de gaz ammoniac NH3. L'hydrolyse de l'urée produisant 2 NH4 pour un carbonate, il est clair que la moitié (1 NH4 sur deux) de l'azote va se volatiliser dans l'air sous forme de NH3 grâce au carbonate.
De nombreuses études, menées pourtant dans d'autres buts, révèlent cette disparition d'une partie de l'azote (CORPEN, IFP, et de nombreuses publications scientifiques étrangères) la moitié seulement de l'azote produit par un porc retourne au sol (épandage avec ou sans traitement) .... bien, mais on oublie de dire que l'autre moitié est dans l'air sous forme d'ammoniac !!!

L'Administration considère, de fait, cette volatilisation comme un traitement du lisier éliminant l'azote !!
Certes le lisier a perdu la moitié de son azote et tout le monde est content .... et les coûteuses voire peu utiles, stations d'épuration (qui fabriquent essentiellement des nitrates) de lisier n'y sont pour rien. Cependant cet ammoniac atmosphérique est rapidement oxydé dans l'air humide breton, et retombe en nitrates sur l'ensemble de la région au gré des précipitations et des vents, en plus, cette oxydation produisant un proton, l'ammoniac acidifie les pluies .... tous les calvaires bretons sont là pour le prouver, plus attaqués depuis 40 ans que lors des quatre siècles précédents (la réaction chimique est facile à écrire et incontestable).

Cette pollution diffuse est gigantesque, vu la concentration en porcs de la Région Bretagne.
Nous avons dit que l'excrétion azotée était comprise entre 40 et 80 000 tonnes de N par an en Bretagne.
La moitié de l'azote étant volatilisée sous forme d'ammoniac (on peut facilement le démontrer, et les odeurs "bretonnes" ne peuvent être écartées, de même que les pluies acides) soit de 20 à 40 000 tonnes de N volatilisé chaque année.

Or une tonne de N équivalant à 4,427 tonnes de nitrates (NO3), entre 88 500 et 177 000 tonnes de nitrates retombent annuellement et par la pluie, sur la Bretagne du simple fait, naturel, de la volatilisation de l'azote ammoniacal au niveau des élevages. Bien entendu ces sels azotés sont drainés vers les cours d'eau et finalement vers la mer.

Et si vous avez les données pour comptabiliser les charges azotées des déjections des volailles (20 fois plus concentrées en azote que les déjections de porcs) vous arriverez à des quantités de nitrates atmosphériques dépassant 200 000 tonnes par an.
Les volailles ne rejettent pourtant pas d'urée mais de l'acide urique .... or le compostage des fientes provoque une attaque bactériologique de l'acide urique qui volatilise cette fois l'azote sous forme ammoniacale. Le compostage aéré des fientes de volailles est donc une aberration écologique comme celle du lisier d'ailleurs. Plusieurs compostages de fientes ont d'ailleurs été stoppés par l'Administration (à cause des odeurs essentiellement).

Dans ces conditions, il est difficile de reprocher aux éleveurs, d'appliquer les recommandations d'une Administration totalement rigide et bloquée à coté de la réalité scientifique.
La solution serait d'empêcher la formation d'ammoniac ou de capter l'ammoniac avant qu'il ne parte dans l'air....
Cette procédure est techniquement très possible, donne de bons résultats, s'avère peu chère et rentable : le terreau "TERRE DE BRETAGNE" vendu chez LECLERC est un exemple de valorisation des lisiers sans production ni d'ammoniac ni de nitrates ni de mauvaises odeurs.

Il faut savoir qu'il est désormais assez facile de rendre un élevage de porcs inoffensif pour l'Environnement et l'exploiter sans qu'il produise ni nitrates, ni ammoniac, ni phosphates .... mais je ne vais pas faire ici de démonstration; il existe un élevage à PLOUIGNEAU (29) qui pratique cette technique et qui gagne de l'argent avec .... et sans polluer, ni l'air, ni l'eau.

Les élevages (porcs et volailles) sont certes à la base des problèmes de marées vertes, mais l'Administration qui applique les Lois avec son interprétation discutable mais confortable, est responsable par conséquence et de fait, de ce phénomène.

Toutes les stations d'épurations nitrif-dénitrif de lisier (clones des stations d’épuration d’eaux usées urbaines alors que le règlement d’assainissement de tous les départements français interdit le déversement des lisiers dans les égouts et les stations des villes) ne serviront jamais traiter le problème de l’azote et encore moins des nitrates si la volatilisation de l'azote n'est pas prise en compte et stoppée.
Voire la filière entière de traitement des déjections animales devra être entièrement revue et adaptée aux problèmes environnementaux particulièrement graves en Bretagne.

Nous nous tenons à votre disposition pour vous en dire plus et avancer dans le domaine de la résorption des causes des marées vertes. mais la solution de ce problème ne peut survenir désormais qu'à long terme.

Meilleures salutations

Yo (site web) Le 25/05/2009

Yo franchement, c'est aussi bien que si je l'avait fait.... Bravo!

Écrire un message sur le livre d'or

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site